IdentifiantMot de passe

Bonjour,
Le groupe de presse économique ForumEco rassemble un ensemble de journaux hebdomadaires régionaux habilités à publier les annonces légales
Nos services
Nous Contacter !

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales

L'article de la semaine

Immobilier d’entreprises. L’ex-tour Mercure, emblématique de l’histoire de la ville par sa taille et son positionnement, sera bientôt totalement métamorphosée. Une opération d’envergure à plus d’un titre, notamment sur le volet de l’emploi.

Sigma, nouveau phare de l’attractivité métropolitaine

En mathématiques, la lettre Sigma est le symbole de la somme. Difficile d’y voir une simple coïncidence tant le projet de métamorphose de l’ex-tour Mercure, face à la gare de Dijon a dû en additionner des compétences, des volontés, de la ténacité, avant d’aboutir (lire notre article paru dans Le Journal du palais n°4648 du 1er avril 2019). 

Pour arriver à cette opération emblématique, il a aussi fallu, selon Pierre Chavelet, représentant la société Sigma 5A, le principal investisseur, « le soutien des élus, l’audace des cinq investisseurs regroupés dans une SAS, beaucoup de patience aussi de la part des vendeurs, notaires, géomètres, commercialisateurs, techniciens et banquiers avant d’aboutir à ce projet ». 

Au terme de plusieurs années de tractations, d’analyses et d’études mais aussi de maîtrise de l’ensemble des 15 lots de copropriété, l’ensemble vétuste va être entièrement restructuré en un bâtiment design et contemporain, par Linkcity Nord-Est, filiale de développement immobilier de Bouygues Construction. La société Sigma 5A, composée de la Banque Populaire, la Banque des Territoires, la Caisse d’Épargne, le Crédit Agricole et Batifranc, s’est portée acquéreur de la tour principale, la plus haute, et de ses 7.000 mètres carrés. Elle accueillera un locataire unique dont le nom a été dévoilé le 7 mai lors du lancement officiel des travaux. Il s’agit d’Informatique Banque Populaire (I-BP), la filiale du groupe BPCE en charge du développement du système d’information des Banques Populaires régionales. 

Plus de 300 emplois 

L’entreprise compte près de 900 salariés répartis sur six sites en France, dont un à Dijon. Actuellement installé au coeur de la zone industrielle de Longvic depuis les années soixante, le service de 200 collaborateurs intègrera la tour Sigma d’ici deux ans, en plus d’une structure d’innovation digitale avec une cinquantaine de personnes en provenance de Paris, a annoncé le directeur régional de la banque Bruno Duchesne. 

Une belle opportunité, apprécie Thierry Haustraete, responsable I-BP Dijon. « On avait le projet de se rapprocher du centre-ville afin d’être plus visible et de maintenir sur le territoire des compétences à haute valeur ajoutée. La Tour Sigma va nous permettre de développer de nouveaux projets au service de l’informatique des territoires, tout en nous rapprochant de Paris. » Le site d’I-BP devrait compter à termes, 320 collaborateurs. Pour Bruno Duchesne, il s’agit de « montrer une forte dynamique d’écosystème d’innovation et d’efficacité de la part des banques, en proximité avec leurs territoires ». Un discours en résonnance directe avec celui de la métropole. « À l’heure où la ville se réinvente et à l’ère de la métropole connectée, pointe Pierre Pribetich, adjoint au maire de Dijon, cette rénovation d’immeuble construit dans les années soixante-dix est un dossier emblématique du XXIe siècle. ».

Si la complexité de cette opération immobilière en fait un projet d’envergure, la métamorphose devrait être à la hauteur des enjeux recherchés : l’attractivité territoriale. Forts d’un emplacement remarquable et d’une accessibilité de premier ordre, en entrée de ville et face à la gare, les 9.600 mètres carrés de bureaux offriront aussi un confort énergétique de grande qualité. Certifié niveau Good, le bâtiment répond en effet aux exigences de performances énergétiques Breeal. 

Les travaux de rénovation vont bon train depuis le mois de février, dans la partie basse (« le patio »). La société Foncières et Territoires ainsi que les copropriétaires occupants pourront s’y installer à la fin de l’année avant le démarrage de la seconde phase, celle de la tour haute. Côté patio, le premier étage sera occupé par l’hôtel Ibis qui y installera des espaces séminaires, mais aussi Mutuelle Entrain, Canovia ou encore Magyar. Le second niveau, d’une superficie de 1.000 mètres carrés, n’a pas encore trouvé preneur. Il pourrait logiquement intéresser des entreprises tournées elles aussi vers l’innovation et génératrices d’emplois à forte valeur ajoutée.

Émeline Durand