IdentifiantMot de passe

Bonjour,
Le groupe de presse économique ForumEco rassemble un ensemble de journaux hebdomadaires régionaux habilités à publier les annonces légales
Nos services
Nous Contacter !

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales

L'article de la semaine

Agriculture. Cédé par l’Etat à Reims Métropole en décembre 2016 puis par la collectivité à l’association Agro-Ressources et Bioéconomie Demain (ARBD) fin mars 2017, le site de l’ex-base aérienne rémoise a maintenant toutes les cartes en main pour passer à la vitesse supérieure.

La Ferme 112 passe à l’action

Le temps administratif n’est pas le même que celui du monde économique et agricole. Et bien que le projet de reconversion de l’ex-base aérienne 112 en ferme expérimentale agronomique et technologique ait déjà réellement commencé depuis l’été 2015, sa prise en main effective par l’association Agro-Ressources et Bioéconomie Demain (ARBD) constitue une étape importante pour l’avenir du site du nord de l’agglomération rémoise. En décembre 2016, l’Etat avait transmis le site à Reims Métropole, avec l’accord de la commune de Bétheny où sont implantées 349 hectares de terres. Devenue Grand Reims, la collectivité passe à son tour le relais à l’association présidée par Maximin Charpentier, également à la tête de la Chambre d’agriculture de la Marne, pilote du projet de reconversion. « Dès notre élection en 2014, trouver une réponse pour l’ancienne BA 112 était une priorité. L’acte fondateur de la cession nous fait passer dans le concret », apprécie Catherine Vautrin, présidente du Grand Reims. 

Cette prise en main officielle va donc permettre à l’ARBD d’accélérer le devenir du site de 450 hectares où près de 90 hectares ont déjà été cultivés et quelque 10 000 tonnes de betteraves stockées pendant la dernière campagne. « Notre recherche s’oriente sur les études de systèmes en effectuant des rotations de cultures sur plusieurs années. La Ferme a pour mission de tester et de vulgariser les innovations pour les transférer vers les agriculteurs. Nous avons aussi accueilli des constructeurs de machines agricoles comme John Deere lors d’événements privés », ajoute Maximin Charpentier pour témoigner que l’ex-base aérienne était déjà en mouvement.

Une nouvelle identité dévoilée lors des culturales

Désormais propriétaire du foncier, l’association passe à la vitesse supérieure en accueillant les Culturales, un grand salon professionnel agricole les 14 et 15 juin 2017 (lire ci-dessous). « Honnêtement, nous n’aurions pas organisé notre événement ici sans ce projet », reconnaît Jacques Mathieu, le directeur général d’Arvalis, institut du végétal organisateur des Culturales. C’est dire l’intérêt du dossier pour le monde agricole et la force de persuasion de l’ARBD qui va se servir de cette occasion pour « débuter la grande histoire de [sa] plate-forme d’open innovation ». « Nous investissons 400 000 € pour accueillir les Culturales », confirme Maximin Charpentier qui précise qu’Arvalis participe déjà, comme l’Institut Technique de la Betterave, à Syppre, la plate-forme d’essais inter-instituts couvrant 15 hectares sur des micro-parcelles au coeur de la Ferme 112. 

Ce nom est d’ailleurs provisoire puisque le président d’ARBD annonce un changement de dénomination, tant pour le site que pour l’association. « Nous communiquerons sur ces nouvelles identités lors des Culturales. L’appellation Ferme 112 a du sens ici, mais pas en dehors du territoire. Nous voulons aussi démarquer l’association dont la vocation ne se limite pas à ce seul site », indique-t-il. Pendant la Foire de Châlons (du 1er au 11 septembre), ce sera au tour de l’étude d’aménagement du site d’être dévoilée : « Nous allons identifier et chiffrer des projets pour les quinze prochaines années ». Si la réhabilitation de l’aérogare en « centre névralgique » accueillant une soixantaine de chercheurs est déjà programmée pour 2018 (4 M€), l’aménagement global sera réalisé avec les différents partenaires, dont la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Marne.

Philippe Demoor