IdentifiantMot de passe

Bonjour,
Le groupe de presse économique ForumEco rassemble un ensemble de journaux hebdomadaires régionaux habilités à publier les annonces légales
Nos services
Nous Contacter !

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales

L'article de la semaine

Loisirs. La start-up s’appuie sur une communauté de cyclistes amateurs pour développer des services dédiés aux professionnels du tourisme.

mountNpass franchit un col

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. L’adage s’applique parfaitement à Frédéric Blavoux, le fondateur de mountNpass. « Je suis cycliste, explique-t-il, et lorsque je vais me balader, je trouve rarement de l’information sur les plus beaux parcours à faire dans le coin.» C’est comme cela que l’idée lui est venue de créer « un site web pour que les cyclistes où qu’ils aillent trouvent de superbes parcours à effectuer. » Mais le site ne fait pas que répertorier les plus beaux itinéraires alentours: « à l’époque, c’était déjà les prémices du marché du tourisme à vélo, qui a connu une très forte expansion depuis (NDLR, il est évalué en France à 2 Mds€). Nous avons donc dès le début orienté le site dans cette optique: notre objectif est clairement de devenir LA plateforme web du tourisme à vélo». 

Au bout de trois ans, mountNpass est « plus ou moins leader en France, mais notre ambition est de faire en sorte qu’un cycliste, quelque soit son profil, qu’il soit sportif ou qu’il pratique en famille, dès lors qu’il fait une sortie pour prendre du plaisir, que ce soit à la journée, en séjour ou en itinérance, qu’il se connecte à mountNpass. » 

Le site réunit aujourd’hui une communauté de pratiquants qui partagent leurs parcours, mais également « des clubs, des destinations, offices de tourisme (OT) et comités départementaux du tourisme (CDT), ainsi que des hébergeurs qui partagent leurs propres parcours », précise Frédéric Blavoux. MountNpass compte ainsi quelque 70000 utilisateurs actifs et vient de franchir la barre des 200000 visiteurs mensuels. 200 destinations sont également présentes sur le site ainsi que 1700 structures d’accueil. 

Un modèle économique B to B 

« Nous proposons désormais des services pour les professionnels du tourisme : des plans médias pour les OT et CDT auxquels nous pouvons donner de la visibilité. Nous accompagnons également les hébergeurs et les structures d’accueil: ils peuvent se référencer sur le site, mais nous pouvons aussi leur créer des parcours au départ de chez eux, leur proposer des outils pour mettre en avant ces parcours sur leur propre site web,etc. Globalement, nous leur permettons de structurer leur offre et leur proposons de lui donner de la visibilité. » C’est dans ce cadre, que mountNpass vient de réaliser un joli coup en signant un partenariat avec SEH, quatrième groupe hôtelier en France qui compte 600 établissements, en vue de valoriser son offre d’accueil dédiée aux cyclistes. Ce type d’accord avec des chaînes hôtelières devrait se multiplier à l’avenir selon Frédéric Blavoux qui travaille déjà avec Vacalians, leader européen de l’hôtellerie de plein air ou encore avec Etic Étapes. 

Séjours vélo à la carte 

Le fondateur de mountNpass ne veut pourtant pas en rester là. « Nous sommes en train de développer une plateforme commerciale, détaille-t-il, qui va permettre de créer des séjours vélo à la carte incluant de l’hébergement, de la location de vélo, du transfert de bagage, des itinéraires privatifs, etc. Nous évoluons de fait vers un modèle BtoBtoC via la vente directe à l’utilisateur final des séjours et des itinérances. » Cette nouvelle plateforme devrait voir le jour au printemps 2019. 

La start-up, qui pour l’instant s’autofinance, « envisage une levée de fonds à court terme pour pouvoir [se] déployer à grande échelle». L’ambition de Frédéric Blavoux est en effet de devenir une référence à l’échelle européenne. Une version en anglais a déjà vu jour durant l’été. Pour asseoir ce développement, l’entreprise prévoit d’étoffer sa force commerciale pour « trouver des partenaires un peu partout en Europe ». Entre trois et cinq personnes devraient ainsi être recrutés en 2019. L’entreprise, qui a quitté Nubbo, l’incubateur régional pour rejoindre l’accélérateur At Home, emploie sept équivalents temps plein et ambitionne de réaliser 4 M€ de chiffre d’affaires à l’horizon 2022.

Agnes Bergon